NUIT ORGIAQUE…

histoire Jeune posté le dimanche 29 mars 2015 par Angie L.

Lorsque je n’étais encore qu’un jeune homme, mon plus grand rêve était de jouer de la guitare dans un groupe rock. Il ne me manquait qu’une guitare et un groupe… Petit détail aux yeux d’un ado à qui l’avenir semblait sourire… Tous ceux à qui j’en parlais me disaient que je visais trop haut, que je n’y arriverais pas. Mais au lieu d’écraser toute ma volonté, cette attitude venant des gens qui auraient dû m’encourager, ne fit que renforcer mon désir de poursuivre mon but. Ce que je fis à l’âge de 15 ans, dans le vieil entrepôt de mon beau-père, avec mes deux meilleurs copains du lycée. Nous nous retrouvions après l’école pour pratiquer nos chansons que nous espérions bientôt voir au top des palmarès. Damien était à la basse et Thierry, le plus vieux d’entre nous, aux percussions. La séance se terminait souvent tard le soir et nous n’en manquions aucune. Évidemment, nous vieillîmes et graduèrent ensemble sans que nos chansons ne deviennent les succès que nous escomptions. Le temps passa et c’est avec regret que nous nous séparâmes, vers l’âge de 20 ans, pour aller étudier chacun de son côté. Thierry entamait des études en droit à Paris alors que Damien s’envolait pour l’Irlande afin d’aller récolter l’héritage d’un vieil oncle décédé, un héritage qui était en fait une vieille maison dans laquelle il allait s’installer. Alors, restant seul à Lyon pour commencer mes études supérieures, j’oubliai notre vieux rêve assez vite, subjugué par la tonne de travaux à faire pour la fac. Je devins un professeur de sociologie réputé et ayant perdu mes amis d’enfance définitivement, un nouveau cercle de gens vint à m’entourer. C’est vraiment à ce moment que j’ai trouvé ce qui clochait avec moi : je n’aimais que les hommes, d’où l’absence de femmes dans ma vie… Comment avais-je pu me cacher cela durant sept années de ma vie ? Au fond, j’avais toujours fantasmé sur mes copains mais la honte me faisait taire ce désir, aujourd’hui éveillé. Bref, j’eus quelques aventures douteuses avec des hommes qui ne me respectaient pas. Ils n’en avaient qu’après mon portefeuille et je regrettais mes deux meilleurs amis amèrement Et de plus en plus. Un soir où j’étais encore seul, je sentis un grand vide en moi…