PLAISIRS ADULTÈRES

histoire Amateur posté le dimanche 8 mars 2015 par Maryse Paint

Après 15 ans de mariage, j’ai eu l’impression que ma vie sombrait peu à peu dans une affreuse routine, rythmée sur une sorte de «métro-boulot-dodo» quotidien. Mon mari ne faisait plus rien pour me séduire ou m’étonner. Pour lui, c’était une chose acquise : j’étais sa femme et il pouvait me baiser chaque fois qu’il en avait envie. Ses responsabilités dans l’entreprise où il travaille l’accaparaient de plus en plus et je le voyais bien plus soucieux de sa réussite sociale que de s’occuper de son épouse. Sur le plan sexuel, il en était de même. Je me sentais délaissée et, à cause de son stress et de ses nombreuses préoccupations, nos rapports intimes avaient perdu toute fantaisie. Je ne faisais plus l’amour avec lui et avec tout le côté cérébral que cela implique, je me soumettais à un simple devoir conjugal. Du sexe hygiène, un point c’est tout. J’ai essayé de résoudre ce problème avec lui mais mon mari est resté complètement fermé sur tout ce que je lui disais. Insatisfaite, je me masturbais très souvent, rêvant d’une vie sexuelle plus riche et plus épanouie. La frustration me faisait découvrir de nouveaux fantasmes, de nouveaux désirs. J’imaginais être la salope d’un homme et lui être entièrement soumise. Mes fantasmes me conduisaient dans des toilettes de bars, des halls d’immeuble, des parkings J’étais prêtée à des inconnus, baisée devant des voyeurs. Je me voyais même attachée et fessée avant d’être sodomisée à la chaîne par des mâles très vicieux qui passaient tour à tour entre mes fesses. Mais au lieu de cela, j’avais un mari qui me faisait l’amour rapidement quand il n’était pas trop fatigué le soir par sa journée de travail et qui se contentait de quelques caresses avant d’honorer sa compagne, puis qui s’endormait aussitôt son plaisir pris. J’ai commencé à le tromper par Minitel. Je venais dialoguer avec des inconnus uniquement pour m’exciter et vivre des aventures folles avec eux par écrans et claviers interposés. Je me laissais entraîner dans des scénario parfois pervers et lorsque je n’en pouvais plus, je me déconnectais et j’allais me masturber. Mais pour moi, et même si j’y prenais beaucoup de plaisir, ce n’était pas totalement satisfaisant. Alors, je me suis amusé à un autre jeu : l’amour par téléphone…