PORTÉE SUR LE CUL

histoire Amateur posté le mercredi 29 avril 2015 par Sarah

Tout d’abord, je voudrais adresser un petit bec coquin (mais lointain), à tous mes amis de Paris. Aujourd’hui, je suis retournée au Québec. Je peux l’avouer maintenant mais lorsque j’étais à Paris, et sans boy-friend dans mon lit, il m’est souvent arrivé de me masturber après avoir lu quelques récits osés qui avaient mis mon sexe dans tous ses états. Peu à peu, tout ce qui faisait partie pour moi d’une sexualité interdite ou perverse a commencé à m’intéresser et à m’attirer. Par exemple, je faisais un grand blocage sur la sodomie et tout ce qui concernait la zone des foufounes. Chez nous, ce terme désigne les fesses, non pas le sexe féminin. Dans les lettres publiées par NLDF, il était fréquemment question de sodomie ou d’amour anal si bien que j’ai fini par accepter que cette partie du corps puisse être également une zone érogène, une source de plaisir et une autre possibilité de jouissance pour une femme. À présent, je suis très «fesses» dans ma sexualité. Cela commence par les petites culottes que je porte qui sont presque exclusivement des strings, strings ficelle ou brésiliens. Quant à mon petit copain. Philippe, il est fou de mon cul. J’adore l’exciter avec mes foufounes en ne portant que des tenues collantes et sexy, genre jupes ou pantalons qui moulent bien cette partie charnue de mon anatomie. Philippe me sodomise régulièrement, que ce soit en levrette ou en me faisant chevaucher son sexe. Parfois, c’est dans d’autres positions. Il aime aussi me prendre de cette manière alors que je suis étendue sur une table avec mes jambes sur ses épaules. Dans cette posture, je me masturbe tout en recevant ses coups de boutoirs et je finis avec l’impression de jouir avec mes deux orifices comme si j’éprouvais un double orgasme. Philippe me pénètre également avec des objets, que ce soit des godemichés, des légumes ou divers accessoires qu’il achète dans un sex-shop. Il m’arrive de lui demander de se montrer plus dominateur avec moi, de m’attacher, de me bander les yeux et de me fesser avant de me faire l’amour entre les foufounes. J’apprécie également tout ce qui est lieu insolite. Ce peut être pour une caresse rapide, un gros câlin ou, si l’endroit le permet, une étreinte rapide…