LA REPRÉSENTANTE EN LINGERIE

histoire Amateur posté le jeudi 2 mai 2013 par Unhommeinnocent

Il était encore trop tôt pour me lever, je décidai donc de me rendormir un peu. À peine le sommeil me revint que le timbre de la porte d’entrée retentit. Surpris, je me décidai quand même à me lever, et j’ouvris… - Bonjour Monsieur, je suis représentante pour une société de lingerie, votre femme est-elle là ? - Non, lui répondis-je, elle ne reviendra que ce soir. - D’accord, mais permettez-moi de vous dire que mes produits pourraient vous intéresser. - Bon alors entrez, fis-je sans discuter. J’étais en tenue du matin, c’est-à-dire pas très habillé. Elle s’assit dans le fauteuil, je lui proposai un café et j’allai m’habiller. Puis du coup, des souvenirs du jour précédent me revinrent et je me mis à craindre le pire tout en étant excité… Ma femme avait été dormir très tôt, et je m’étais soulagé devant une vidéo pornographique mais j’avais oublié la vidéo dans le magnétoscope. Je terminai donc de m’habiller, lorsque j’entendis un gémissement de femme provenant de la pièce où j’avais laissé la dame. Je vis alors la représentante, les mamelons à l’air, en train de s’enfoncer dans la chatte la télécommande ovale de la télé, tout en matant le film oublié la veille ! Merde ! Qu’est-ce que je fais, me suis-je dis intérieurement ? Elle me vit la mater et continua son exhibition. Ça lui plaisait d’ailleurs et le fait que je la mate lui donna soudain envie de s’occuper de son fion, chose qu’elle fit, immédiatement en y insérant deux doigts illico. La télécommande toujours fichée dans son vagin, les doigts trifouillant son cul, elle pelota aussi ses seins lourds en se pinçant vigoureusement les bouts. Son regard vers moi me fit chavirer. C’était trop tard, je fondais dans son désir. Une femme qui ne devrait être là que pour vendre de la lingerie et voilà qu’elle allait m’offrir son corps et son cul à la place de dessous féminins ! Vêtue d’une jupe courte que ma coquinerie n’avait pas ignoré dès que j’avais ouvert la porte, je fus stupéfait de voir qu’elle ne portait pas de culotte. - Ça me permet d’être plus vite excitée, je peux sentir mon odeur même après avoir pissé, mais aussi me doigter toute la journée au boulot…