UN RÊVE

histoire Amateur posté le samedi 23 mai 2015 par Tyron

Je me transporte chez toi pour t’aider à réaliser un de tes fantasmes : celui de te promener en sous-vêtements érotiques qui révèlent des formes si harmonieuses que je me sens dans tous mes états. Alors que tu te croyais seule, tu sens mon regard se poser sur toi. Je m’approche pour mieux te sentir et humer ce parfum qui me fait perdre la tête. Me sachant près de toi et te sentant désirée ardemment, tu t’allonges sur le sofa en prenant une position qui révèle à l’aide de tes doigts une partie de ton intimité. Tu prends un malin plaisir à me voir me tortiller car tu commences à te toucher le clitoris. Ta vulve commence à suinter la mouille. Quand tes parois vaginales sont assez lubrifiées, tu y introduis délicatement un doigt puis deux, tu les remues langoureusement à l’intérieur comme si tu cherchais quelque chose. Cette situation provoque une vive érection chez moi. Ma bite atteint un durcissement ultime lorsque tu te cambres un peu sur le côté afin de me faire voir qu’en plus de te doigter la chatte, tu aimes aussi t’écarquiller les lèvres. Tu m’invites à mon tour à la masturbation. Je m’asseois alors comme toi, jambes écartées et je commence à me branler le sexe. Je commence par le serrer dans ma main gauche, puis je me caresse les couilles. Elles sont pleines et ne demande qu’à se vider. Je me lèche la main droite, j’y crache aussi dans la paume et recommence à me masturber frénétiquement. Ça me procure une sensation plus intense qu’à l’habitude car je sais qu’une femme en chaleur me regarde en train de me toucher le sexe. La queue bien serrée dans la main et bien lubrifiée par ma salive, je lui imprime un mouvement de piston de plus en plus rapide. Je prends mon pied à m’exhiber devant toi jusqu’au moment où tu t’approches de moi en me confessant que la scène à laquelle tu viens d’assister te donne plein d’idées. D’un geste bien arrêté et rempli de tendresse, tu empoignes ma bite et la portes sur le bout de tes lèvres sensuelles et fiévreuses. Tout à coup tu m’avales entièrement dans ta bouche…