SAPHISME INTENSE

histoire Lesbienne posté le vendredi 14 mars 2014 par Roxy Piche

Les gens sont pleins d’idées préconçues. À propos des lesbiennes, par exemple, ils pensent qu’elles n’ont que des relations chastes, style bisous et gentilles caresses. Hé bien, non ! Quand elles sont entre elles, les filles peuvent avoir une sexualité très intense, très riche en sensations et assez vicieuse. Et j’ai tenu à écrire cette lettre pour vous le prouver. Comme s’il n’y avait que ce bout de chair érectile (et pas du tout esthétique à mon goût), si gros soit-il, qui puisse envoyer une nana au septième ciel. Je suis sûre que vous serez nombreux à fantasmer sur ma copine Mélanie et moi-même. Rassurez-vous, nous ne sommes pas contre les hommes. Mais à une seule condition : qu’ils ne fassent que regarder ! Et s’ils se branlent en même temps, cela nous fait bien plaisir et nous excite encore plus. Mais qu’ils ne viennent pas poser leurs sales pattes sur nous ! Ça, on ne supporte pas. Entre Mélanie et moi, il y a de la passion, de l’amour, de la tendresse et beaucoup de sexe. On baise tous les jours et quand on s’amuse à touche pipi, on invente des histoires, on établit un scénario. C’est plus rigolo et plus jouissif. On utilise également des gadgets, style godes, boules de Geisha et autres accessoires. Des tabous ? Dans notre relation complice, nous avons su les dépasser. Mélanie, par exemple, est très sodo. Cette petite cochonne adore sentir ma langue entre ses fesses, mes doigts Et quelques objets un peu plus gros. Et moi, son joli petit cul de vicieuse me donne tout le temps envie de le fourrer. Ce qui nous réunit également, c’est que nous sommes très exhib, l’une et l’autre. On va souvent dans des clubs ou saunas pour baiser devant d’autres personnes. Mais on ne se mélange ou ne s’échange jamais. Sauf avec d’autres jolies filles ou des femmes bisex. Nous avons la chance d’habiter dans la région niçoise et nous fréquentons des lieux comme l’Oustaou du Moulin, le 3 DS, le Club 54 ou encore le 50 qui organisent régulièrement des soirées femmes bi et où l’ambiance est toujours survoltée. Puis, il y a nos petites exhibitions sur la plage. Nous avons notre crique à nous, peu fréquentée et difficilement accessible…