SOIRÉE CUIR, TALONS AIGUILLES ET SEXE LISSE

histoire Amateur posté le jeudi 27 février 2014 par Roxy Piche

Avoir un amant est une situation qui peut paraître banale. Avoir un amant pour réaliser certains fantasmes comme celui de participer à des petites partouzes l’est sûrement beaucoup moins. C’est pourtant ce que je vis avec Arnaud. Il est plus jeune que moi. Il a trente et un ans, j’approche la quarantaine. Cela faisait déjà plusieurs années que je trompais mon mari avant de le rencontrer. Je ne rentrerai pas dans tous les détails mais c’est un besoin de sexe et une trop grande frustration qui m’ont entraînée, petit à petit, à vivre dans les bras d’autres hommes ce que mon mari ne pouvait me donner. Lui et moi ne partageons pas les mêmes désirs. Aujourd’hui, je n’éprouve plus aucune culpabilité dans mes liaisons adultères. Le seul reproche que je me fais est celui de ne pas avoir le courage de tout dire à mon mari, de rompre avec lui et de demander le divorce. Mais là encore, les raisons qui me poussent à agir ainsi sont assez complexes. J’ai connu Arnaud, il y a plus d’un an maintenant, dans le cadre de mon travail. Ce jeune toubib m’a tout de suite plu. Il venait de s’installer et devenait donc un client potentiel pour la société d’équipements médicaux dans laquelle je suis employée. Nous nous sommes vus à plusieurs reprises jusqu’à ce que je couche avec lui. J’avais tout fait pour en arriver là Notre entente sexuelle a été parfaite et intense, dès le début. Je n’étais pas sa seule maîtresse mais peu importe. Il me plaisait et surtout, il baisait très bien. J’étais très excitée, aussi, quand il me racontait ce qu’il faisait avec les autres femmes, comment et où il les prenait, ce qu’elles aimaient Il était bourré de fantasmes. Avec moi, il pouvait se montrer dominateur ou soumis, vouloir m’attacher ou être ligoté pour que je le fesse et le sodomise avec un godemiché. C’était toujours assez fou entre nous et sans tabou. Je ne lui refusais rien de mon corps et nous parlions librement de tous nos fantasmes et de toutes nos envies. Un après-midi, alors que nous venions de faire l’amour dans son cabinet, je lui ai avoué que j’avais toujours rêvé de me retrouver dans une partouze. Arnaud connaissait et fréquentait des couples qui se réunissaient de temps en temps et qui organisaient des soirées à thèmes…