LES THERMES

histoire Sado Maso posté le lundi 7 avril 2014 par Alexia

La scène se passe dans un petit complexe thermal où la nudité est de rigueur. Alexia, réceptionniste et barmaid, travaillait ce jour là, de 15 à 23 heures, heure de fermeture du complexe. Comme tous les jours de semaine, la journée n’avait pas été très chargée, et Alexia avait passé la plupart de son temps à lire des magazines peoples. À 22h50, tandis qu’il ne restait plus qu’un couple dans un des jacuzzis, elle se leva et se dirigea vers eux, pour les informer de la fermeture. Ils ne semblaient pas l’avoir entendue, puisqu’elle avait dû se déchausser pour pénétrer dans la salle où se trouvaient piscines, saunas et jacuzzis. En avançant vers les deux clients. Alexia se rendit compte que quelque chose d’anormal se passait S’approchant alors à pas de louve, elle déduisit, d’après les mouvements et les petits bruits, que la jeune dame était en train de masturber son compagnon sous l’eau. Man uvre indécelable pour l’ il non exercé s’il en est, les bulles couvrant tout ce qui se passait dans le petit bassin circulaire, mais pas pour une habituée, qui connaissait bien ce genre de situations. Comme elle avait coutume de faire dans ces situations, elle s’approcha silencieusement, puis surprit les deux amoureux : - Pardon, nous allons fermer Je vais vous demander de sortir de l’eau, s’il vous plaît. Comme d’habitude, les tourtereaux sursautèrent, puis, en bafouillant quelques mots, se levèrent pour sortir. Et comme d’habitude, monsieur était gêné de ne pas pouvoir dissimuler qu’il bandait comme un taureau grâce aux soins que sa copine prodiguait à sa queue. Comme d’habitude enfin, les deux femmes s’échangèrent un regard et un sourire complices, à l’idée de ce qui venait de se passer. L’homme, environ 40 ans, les tempes grisonnantes, était en pleine forme physique. La femme qui avait causé tant d’émoi à sa bite, était très belle, pulpeuse avec des cheveux auburn coupés au carré. Ses seins, dont les mamelons rose foncé étaient pointus, invitaient aux caresses, et son sexe, épilé, donnait une impression de fraîcheur, d’innocence, qui en aurait fait craquer plus d’un. Plutôt que de s’enfuir vers les vestiaires sans demander son reste, le mâle exhibant toute sa fierté dévisagea Alexia, qui, il est vrai, malgré l’uniforme qui la rendait presque invisible, n’en restait pas moins une très jolie jeune femme…