ENTRE THIERRY ET LYDIA

histoire Amateur posté le mardi 22 avril 2014 par Amandine

C’est Thierry qui m’a tout appris. Quand je l’ai connu, j’avais seulement dix-huit ans, lui en avait 25. Côté sexe, même si j’avais de nombreux fantasmes, je n’avais pas fait grand chose avec les garçons. Quelques baisers, quelques caresses à peine appuyées. J’étais vicieuse dans ma tête mais très timide dès qu’il s’agissait de passer à l’acte et d’aller plus loin. En fait, j’étais très peu sûre de moi et j’avais surtout peur de mal faire et de décevoir. J’avais également beaucoup de complexes. Je trouvais mes seins trop menus, mon visage banal, et un peu trop ronde à cette époque. La majorité de mes copines avait déjà couché, mais pas moi. Ce ne sont pas les occasions qui ont manqué mais au dernier moment, c’était moi qui me refusais. Pourtant, lorsque je me masturbais, je me voyais dans la peau d’une femme lubrique et décontractée, capable de prendre des initiatives et pas du tout coincée sur les choses du sexe. Dans mes fantasmes, j’étais toujours un bon coup pour mes partenaires. Je trouvais l’inspiration dans des romans érotiques que j’achetais discrètement (et rougissante de honte), à la librairie de la Musardine, à Paris. J’étais très excitée par les ouvrages de Martin Bruna-Rosso dans lesquels des jeunes filles perverses comme moi vivaient des folles aventures avec des hommes beaucoup plus âgés qu’elles. Et je m’identifiais à elle, chaque fois que je me masturbais. On me faisait faire n’importe quoi et moi, j’acceptais tout, jusqu’aux choses les plus impudiques et les plus obscènes. Puis. Thierry a débarqué dans ma vie. Au début, je ne l’ai pas du tout aimé. Sans doute par jalousie et parce qu’il semblait beaucoup plus s’intéresser à ma copine qu’à moi. Je le trouvais beau mec mais con. Un peu trop sûr de lui et fier. Il est sorti avec Stéphanie mais leur histoire n’a pas duré plus de quinze jours. Alors, il s’est tourné vers moi. Et là, j’ai craqué. Tout a commencé par un petit flirt dans sa voiture et je me suis sentie rougir jusqu’aux oreilles quand il a glissé sa main sous mon t-shirt pour prendre mes seins à pleines mains. En même temps, je trempais ma culotte. Jamais un garçon ne s’était montré aussi entreprenant avec moi dès la première fois…