Histoire x

Histoire x

TIPHAINE ET SON DÉSIR

Étiquettes : Uncategorized No comments

Après deux ans d’une vie partagée entre Québec. Paris. Frankfort et Nice, je retrouve enfin un rythme plus calme. Mon directeur de labo m’avait prévenu qu’être la cheville ouvrière de cette expérimentation internationale sur le calcul partagé n’était pas de tout repos. Je ne m’imaginais pas à ce moment que l’aventure aurait fait de moi une sorte de SDF international. Mes relations en avaient, bien sûr, un peu pâti, mais celles que j’avais conservées en étaient sorties renforcées. Néanmoins cette instabilité n’avait pas facilité l’établissement de rapports amoureux très satisfaisants. De retour dans mon laboratoire de Sophia-Antipolis, l’activité bourdonnante qui a été mon lot depuis tant de mois me manque un peu et les projets en cours me semblent bien étriqués. Le temps de prospecter les agences immobilières en vue d’une installation dans la région, j’ai choisi de me poser dans une location meublée. C’est le but de mon déplacement aujourd’hui. Il s’agit d’une villa sise dans un village sur les hauteurs de Nice. Sa propriétaire, madame Carron, n’en occupe plus que le rez-de-chaussée depuis le décès de son mari. Elle donne l’étage à louer et notre premier contact téléphonique s’est révélé plutôt positif. Je me gare dans l’allée. Elle délaisse ses rosiers pour venir à ma rencontre. C’est une femme charmante et élégante, la cinquantaine. Elle me fait visiter les lieux. La villa est entourée d’un jardin bordé d’une haie touffue. Des massifs floraux accueillent les visiteurs tandis que deux pins-parasols ombragent la pelouse qui s’étend de l’autre coté du grand bâtiment de pierre. La porte d’entrée donne sur un vestibule d’où part l’escalier menant à l’étage. Elle m’y précède en me précisant que j’aurai, bien entendu, un double des clés et que je pourrai entrer et sortir à ma guise. Ses tapis moelleux recouvrant les parquets suffisent à l’insonorisation entre les deux niveaux. Le logement dont j’aurai la jouissance se compose d’une chambre, donnant sur le jardin de derrière, d’une grande pièce principale où est aménagée une kitchenette, d’un bureau en façade et d’une salle d’eau aveugle. Le tout garni de meubles visiblement associés à l’histoire de la maison. L’accord est rapidement conclu et nous signons dans le salon du rez-de-chaussée, les exemplaires du bail.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens