MON TOP MODEL

histoire Jeune posté le samedi 12 octobre 2013 par Lu-Brique

Photographe coquin, je décidai un jour de me lancer dans le portrait de mecs Antonin fût le premier à me répondre. Un petit courrier rapide me disant que la photographie du magazine lui plaisait et qu’il acceptait de poser à poil. Il me fit suivre une photo de lui réalisée par son amant. Une image couleur plutôt jolie. On le voyait en levrette, le trou de balle bien ouvert et ses couilles velues, au beau volume, tombant sur les draps de soie bleue. Il me laissa son numéro de téléphone pour que je rappelle. Le soir même, je composai le numéro, c’est son mec qui répondit et me passa Antonin. Il me précisa qu’ils étaient un couple très libre, qu’ils faisaient du naturisme et fréquentaient des lieux échangistes. Il me parla un peu de la photo vue dans le magazine, me précisant que les photos que l’on faisait de lui, habituellement, était bien plus hard. Je lui avouai que la photo qu’il m’avait envoyée était charmante et que ses formes étaient tout à fait désirables. Il me dit un petit merci très sensuel, précisant qu’il aimait beaucoup s’exhiber, même pour du hard mais qu’il avait envie, pour une fois, de photos de lui qui soient artistiques. Je le remerciai de ses compliments et lui proposai un premier rendez-vous, histoire de lui montrer le reste de mon travail, qu’il puisse aussi me montrer quelques autres photos de lui, même hard. Antonin accepta et me proposa de venir chez lui le lendemain en fin d’après-midi. Je fus à l’heure au rendez-vous. Antonin m’accueillit dans un petit short moulant blanc, le torse complètement nu et je pus me régaler de ses pectoraux hyper développés. Je le complimentai immédiatement sur sa musculature impressionnante et, me tournant le dos, il me dit : - Aimez-vous mes fesses aussi. J’avouai qu’elles étaient bien rondes et magnifiquement dures. Il me proposa un verre. Assis sur le canapé. Antonin se baissa pour ouvrir un buffet et sortit les boissons. La vue qu’il m’offrit de son cul cambré, de ses cuisses découpées me fit immédiatement bander. Il posa les verres et servit. Là encore, j’eus une vue des plus troublantes. Il déposa son cul à mes côtés, sa cuisse contre la mienne et je commençai à lui montrer mon book…