Histoire x

Histoire x

TRANSWORLD

Étiquettes : Uncategorized No comments

À deux pas de chez moi, il y a un pub dont la clientèle est presque entièrement féminine. Il s’agit d’un endroit qui pourrait presque être qualifié de pittoresque pendant la journée mais à la tombée du jour, ce bâtiment, situé dans une rue du centre-ville, se transforme pour la nuit, comme Cendrillon. On éteint l’enseigne du «Pub de l’étalon» vers 21 heures et c’est une nouvelle enseigne qui s’allume alors, enseigne sur laquelle il est inscrit Transworld. Quel nom étrange ! Deux gardiens se tiennent toujours devant la porte, de vrais mastodontes, et des femmes, toutes dans la vingtaine, s’y engouffrent en tenue de soirée. Et par tenue de soirée j’entends, mini jupe au ras le cul, débardeur trop petit et talons de 10 cm ! De vraies poupées, des pin-up, bref des nanas comme je les aime. Un soir où je passais devant l’endroit, je songeai qu’il ne me ferait pas de tort d’aller jeter un oeil sur toutes ces belles femmes. Mais à peine avais-je esquissé le geste d’entrer que la grosse patte d’un Black me barra la route. Ce club VIP exigeait un code pour y être admis. Je décidai alors d’attendre la fermeture du bar et d’y revenir plus tard pour offrir de raccompagner ces demoiselles, qui je l’espérais bien, me fournirait ce code ! Quoiqu’il en soit, je trouverais bien un moyen (plus ou moins catholique) d’obtenir cette clé aux mille merveilles ! De retour chez moi, je m’offris un café ultra fort et m’installai devant mon ordinateur afin de terminer un travail universitaire. Malheureusement, comme je le remarquai le lendemain en émergeant de mon sommeil sur mon bureau, la tête enfouie entre mes bras, je m’étais fait un café… Décaféiné. Si j’avais loupé ma chance ce week-end là, je ne manquerais pas de m’acheter une machine à expresso pour que le samedi suivant, je puisse rester éveillé jusqu’à 3 heures du matin. Toutefois, le destin avait prévu autre chose pour moi et il allait se charger de me faire entrer dans ce club d’une toute autre manière… Tandis que je bossais le jeudi suivant, je remarquai sur la cheville d’une collègue un tatouage étrange qui me fit une drôle d’impression… Il me semblait avoir vu ce dessin autre part. Alors que j’étais pris dans mes pensées et que je fixais son tatouage, une étrange réminiscence me fit comprendre qu’il s’agissait-là d’une version tribale de la fameuse insigne nocturne du pub.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens