Histoire x

Histoire x

VIBRO EXTRÊME

Étiquettes : Uncategorized No comments

Ils sont beaux. On se retourne sur leur passage. Raoul est grand, mince, le crâne rasé. Il peut avoir 25 ans. Il est chercheur en informatique et micro technique. Nadine est toute fine, la peau brune et les cheveux noirs. Elle danse. Elle est toute jeunette encore, vêtue d’un mouchoir de tissu qui cache juste ses fesses plates et ses minuscules seins. Ils s’aiment et font l’amour aussi souvent que possible. Plusieurs fois par jour. Avec fougue. Mais Raoul est inquiet. Il se demande s’il lui suffit. Pourtant il n’est pas timoré, au contraire. Il a un sexe vigoureux et long. De belles couilles qui pendent bien. Et il comble sa copine, la caresse avec art et amour. Nadine jouit toujours très fort. Elle affirme être comblée. Mais elle est si vite remise, si souvent demandeuse que Raoul devrait la baiser en permanence. Que fait-elle en son absence ? Il l’a souvent surprise à se masturber. Il la gronde, affirme qu’il arrive. Et c’est chaque fois le grand tourbillon. Un jour, en passant devant un magasin de sexe, elle lui demande d’acheter un vibro. Il est un peu vexé tout de même, mais s’incline. Aussitôt rentré, ils baisent. Deux fois, trois fois. Puis Nadine prend le vibro et s’envoie en l’air encore trois ou quatre fois. J’ai mon compte, enfin. Et elle s’endort. Oui. Raoul est inquiet et pas vraiment content. Quelques jours plus tard, en rentrant, il la trouve morose. Elle est nue sur le lit, le vibro, qui ne fonctionne pas, à la main. Elle le passe entre les fines lèvres de son sexe, accrochant au passage le petit anneau qui lui traverse le clitoris. Raoul ne voulait pas qu’elle se fasse percer à cet endroit. Mais il a cédé, comme pour le reste. Elle lui saute dessus, le renverse, le déshabille, folle d’impatience. Elle est délicieuse, souple, chaude. Elle a une odeur de jeune fille qui ravit et désespère Raoul. Et ils font l’amour. Puis elle lui raconte qu’elle a épuisé trois jeux de piles dans ce foutu vibro, qu’il n’est pas assez gros et ne vibre pas assez. – S’il te plait Raoul, achète-m’en un plus gros. Un qui s’accroche à la taille. Il cède. Il revient avec un énorme truc, muni de sangles de fixation. Un peu triste, il l’enfile lui-même à Nadine, écarte les fines lèvres du sexe, enfonce l’engin, fixe les sangles.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens