LE VICE DANS LA PEAU 2

histoire Amateur posté le samedi 21 septembre 2013 par Eve

Le temps de fumer une cigarette et Serge me prouvait à quel point mon corps agissait favorablement sur sa libido. Après de nouvelles caresses, il m’a demandé : - Je peux te prendre par-derrière ? Me voilà à présent à quatre pattes devant lui, les fesses cambrées et les reins creusés. Un tube de lubrifiant l’a aidé à préparer le passage et son gland est venu presser mon petit trou. J’aime la sodomie, surtout quand elle est prodiguée par un homme aussi habile que l’était Serge. À aucun moment, mon plaisir n’a été contrarié par des sensations douloureuses. Serge s’enfonçait un peu puis se retirait entièrement avant de me pénétrer de nouveau et plus loin. Dès qu’il sentait que mon orifice lui résistait, il me lubrifiait encore. Il a fini par se planter jusqu’à la garde et il s’est mis à aller et venir en douceur tout en caressant mon clitoris. Dès que j’ai été bien ouverte, son va-et-vient s’est accéléré. À chaque coup de reins, son ventre s’écrasait sur mes fesses. Je trempais ses doigts et je l’ai supplié d’y aller encore plus vite et plus fort. L’étreinte est devenue brutale et lorsque Serge a joui, j’étais emporté par mon deuxième orgasme. Et je ne l’ai plus quitté ! Avec lui, j’ai découvert le plaisir de se donner totalement à un homme et de ne rien lui refuser. Si je suis soumise à Serge, il n’y a aucune violence entre nous. Au plus, il m’attache parfois et me bande les yeux. Ma soumission à lui est avant tout cérébrale. J’aime être sa poupée lubrique, son objet et répondre à tous ses désirs. Comme une grande majorité d’hommes. Serge est voyeur mais c’est aussi un passionné de photographie. Il y a quelques mois, il a fait l’acquisition d’un appareil numérique et je me suis souvent retrouvée devant son objectif. Poser pour lui m’excitait beaucoup. On a fait du soft, du hard et même du très hard avec des jeux de godes et des exhib pipi dans la nature. Dépasser tous mes tabous avec lui m’a toujours excitée prodigieusement. C’est très bon d’être avec un homme et de pouvoir vivre avec lui ses fantasmes les plus fous. Sur ce plan. Serge n’est jamais à cours d’idées pour me proposer des situations nouvelles…