VICTOR, LE MAÎTRE

histoire Sado Maso posté le dimanche 30 juin 2013 par Eric T.

Je m’appelle Eric, j’ai 24 ans et je travaille comme vendeur dans une société de matériel informatique de la région Nantaise. Je suis homo mais malheureusement pour moi, mes fantasmes s’accordent rarement avec ceux des hommes que je rencontre. C’est pour cette raison que j’ai décidé aujourd’hui de me confier. J’espère par la même occasion encourager d’autres témoignages de personnes qui, comme moi, seraient fascinées par les pieds. L’amour des pieds, je sais, cela prête souvent à rire. C’est pourtant une forme de sexualité riche en sensations. Chez moi, cela va de pair avec un tempérament soumis. J’aime recevoir des ordres, être humilié, être attaché et fessé, dilaté sur des godes énormes, subir un travail douloureux des seins… J’accepte les jeux uro, les pinces à seins et je me plie sans difficultés aux exigences de partenaires dominateurs. Je suis également fasciné par les vêtements et les sous-vêtements en cuir mais je ne jouis jamais autant que lorsque mon amant me veut auparavant à ses pieds pour les lécher, les adorer, les embrasser… Si c’est lui qui me l’impose d’une voix sévère et autoritaire, mon plaisir est à son paroxysme. Pour moi, de beaux pieds sont mille fois plus excitants qu’une belle queue ! Cela doit remonter à mon adolescence, au moment de l’éveil de ma sexualité et de la prise de conscience progressive de mon homosexualité. À la piscine ou bien sur les plages, mon regard était irrésistiblement attiré vers les pieds des garçons de mon âge. Et cette vision me troublait fortement. Quand je me branlais, je m’imaginais toujours aux pieds d’un homme, en train de les lui masser et caresser. Certains pieds me laissent insensibles comme ceux, par exemple, aux orteils boudinés, courts et joufflus ou mal dessinés. Il y a une esthétique du pied que certains auront sans doute du mal à comprendre. Les pieds qui m’excitent le plus sont ceux aux orteils longs et fins. Mais leur taille importe peu. En fait, j’ai vécu jusqu’ici une seule vraie expérience satisfaisante. C’était avec un homme rencontré par Minitel. Victor avait 43 ans. Il était architecte et habitait Nantes. Je l’ai rencontré après une longue discussion sur Minitel où je lui avais avoué mes désirs les plus secrets…