VIRAGE BISEXUEL

histoire Jeune posté le mercredi 11 février 2015 par Rexxx

Je m’appelle Véronique. Je suis une grande et belle (c’est ce que tout le monde dit) jeune femme, aux cheveux blonds cendrés m’arrivant à mi-dos, et aux yeux noisettes très pâles. Je partage un appartement spacieux de l’avenue Foch sur Paris avec une camarade étudiante, appartement où j’ai également un atelier de peinture. J’étudie à l’école des Beaux-Arts de Paris où j’ai eu beaucoup d’aventures érotiques avec des jeunes hommes de mon âge, cette année. Dès qu’un mec pose ses yeux ou ses mains sur moi, je deviens toute gaga, un peu comme les chattes dans leur période de chaleur ; je cambre mon cul, j’effleure les braguettes, bref je me transforme en vraie poufiasse. Mais, il y a un mais. Lorsqu’un mec réussit à m’exciter assez fort pour que je me déshabille et que je le laisse me pénétrer, mon excitation diminue considérablement au fur et à mesure qu’il me baise. Je crois que la seule chose qui m’excite vraiment, c’est les préliminaires. Je pourrais presque jouir seulement avec un mec qui me fait l’amour habillé, car dès que le type se déshabille et que l’on en vient à la pénétration, l’excitation redescend et tout ce dont je suis capable, c’est de jouir par la voie clitoridienne. Les orgasmes les plus forts ont toujours eut lieu lorsque je me godais, après une soirée passée en compagnie d’hommes très chauds. En fait, je joue à la sainte-nitouche avec eux maintenant. Je ne me donne plus, si ce n’est avec ma colocataire pour faire plaisir à mon meilleur ami parfois. Comme cette fois où c’était son anniversaire. Je me suis mise à rouler un palot de la mort à Sophie, ma coloc’, une gouine avouée, en sachant très bien que ce dernier allait arriver d’une minute à l’autre. Mais l’excitation m’avait vraiment gagnée et ça avait été plus loin que prévu. Lorsqu’il nous avait découvertes tête-bêche en plein 69 trash, je lui avais permit de mater notre show de lesbiennes mais quand il avait vu où étaient rendus nos rapports, une gaule d’enfer l’avait assailli. Il s’était littéralement jeté sur nous, s’abreuvant à nos chattes brûlantes que l’on effleurait l’une contre l’autre, tétant nos seins comme s’il s’agissait de la fontaine de jouvence. Il avait profité de notre 69 pour me pénétrer puisque j’étais sur le dessus et pour inonder le visage de Sophie de sa semence collante…