VOYEUR À LA FENÊTRE

histoire Amateur posté le vendredi 1 mai 2015 par Angelo Loro

Paul jeta un coup d’ il à travers les stores qui servent habituellement à le dissimuler lorsqu’il se paie du bon temps. Dans la cinquantaine, fort ventru et un tantinet chauve, ce cuisinier de grande renommée n’a guère de succès avec le genre féminin. Cet état de chose est à l’origine de sa passion pour les exhibitionnistes qui, heureusement, pullulent dans son voisinage. Il faut dire que cette habitude de mater ses voisines s’est instaurée un peu malgré lui alors qu’un jour, en rentrant d’une journée de travail éreintante, il s’était installé à sa fenêtre dans l’espoir d’apercevoir une de ses voisines se faite bronzer les nibards. En toute vérité, il ne croyait pas vraiment qu’une telle chance puisse lui être un jour accordée. Pourtant, ce qu’il vit à travers la fenêtre, ce jour-là, même si ce n’était pas d’énormes seins bronzés, le laissa pantois ! Dans l’immense et luxueux jardin des voisins, car la gigantesque maison d’à côté était habitée par trois couples d’amis et une étudiante tranquille habitant le sous-sol, une grande fiesta se préparait. Paul zieutait trois nanas assez belles mais également assez âgées qui apportaient, le c ur joyeux, des plats de victuailles et des cruches de bière sur une immense table style buffet, disposée dans la cour où se tenait trois hommes en short, torse nu. Paul remarqua une belle blonde en bikini, assez jeune, qui sortit de la maison par après. Ce dernier eut le souffle coupé par sa beauté et son sex-appeal… Ainsi que les trois hommes qui sirotaient leur bière. Si elle avait la vingtaine, cela ne faisait pas des lustres ! Paul vit que les hommes disaient quelque chose à leur épouse qui disparurent aussitôt à l’intérieur, et qu’ils se prenaient tous la queue, visiblement embarrassés par une érection, vraisemblablement provoquée par la jeune blonde si peu vêtue. Paul put voir une voiture quitter le parking de la maison et se vit satisfait du déroulement de la situation… Il y aurait un beau spectacle sous ses yeux, il en était sûr ! Son regard revint à la blonde et aux trois cochons qui ne se contenaient plus… Il resta rivé à la fenêtre, ne voulant pas rater une seule seconde de la suite des événements… À un moment, il dut se frotter les yeux car il croyait rêver…